Des robots presque humains

28 03 2010

Mais où en est-on aujourd’hui avec la robotique?

Le Japon, grand producteur de robots industriels, compte bien réussir à rendre les robots vraiment intelligents d’ici 2015. Parfaitement autonomes et aptes à prendre leurs propres décisions sur leur lieu de travail, ils seraient capables d’utiliser la reconnaissance de la voix et des images pour évoluer. L’objectif serait alors de leur attribuer des tâches dans le secteur du nettoyage (reconnaissance des endroits sales) et de la sécurité: ces derniers, sortes d’auxiliaires de police, seront amenés pendant leurs patrouilles à repérer les « comportements suspects » et à les dénoncer auprès des autorités… Effrayant non? J’ai hâte de savoir de quelle manière ces morceaux de métal vont réussir à détecter objectivement un « comportement suspect ». Si cela ne tient qu’à un réglage de paramètres dictés par l’homme, alors adieu objectivité!

Quoi qu’il en soit, l’intelligence artificielle sert aussi d’autres buts: équipés d’une plastique hyper-réaliste, ces robots androïdes ou « robots sociaux », experts en compréhension et communication avec l’Homme,  pourraient être par exemple les futurs remplaçants des hôtesses d’accueil des grandes entreprises. L’Actroïd est un de ces robots: il possède plus de 40 000 phrases pour s’exprimer, simule de nombreuses expressions faciales qui varient en fonction de la discussion, a le sens de l’humour, une peau, des cheveux et un comportement plus vrais que nature, et son buste se soulève régulièrement comme s’il respirait.

Ceci est la photo d’une des quatre Actroïd mise en exhibition à l’exposition d’Aichi au Japon en septembre 2005. Elle est issue des travaux de l’équipe du professeur Hiroshi Ishiguro de l’Intelligent Robotic Laboratory – université d’Osaka et fabriquée en collaboration avec les sociétés Kokoro et Advanced Media.

Cependant, la présentation de ces prototypes ne constitue nullement une première. Mais si le grand public a déjà pu découvrir de tels robots dès 2003 – par exemple à Tokyo lors de l’International Robot Exhibition (novembre 2003) – , chaque année apporte son lot de nouvelles sophistications qui témoignent de l’implication toujours plus croissante du Japon dans l’industrie robotique.

Autres exemples de robots androïdes:


Mais si je n’ai parlé que d’une des fonctions du robot androïde, ses possibilités d’avenir  sont extrêmement variées: certains sont conçus comme des aides pour la vie de tous les jours, et d’autres servent même de compagnons virtuels! C’est le cas de Roxxxy, une poupée-robot sexuel hyper sophistiquée conçue par la société True Companion, présentée au salon AEE (« Adult Entertainment Expo »), juste à côté du salon CES (Consumer Electronic Show) 2010 à Las Vegas.

Au vu des progrès fulgurants de la robotique (et en particulier avec les poupées-robots), on pourrait se demander de quelle façon vont évoluer les relations homme-machine. Peut-être nous promènerons nous main dans la main avec notre compagnon robot dans quelques décennies, à l’image du manga de Clamp, Chobits. Un avenir potentiel qui porte à la réflexion, comme c’est le cas dans cet article .

Sources: www.generation-nt.com, www.automatesintelligents.com





Textiles lumineux

24 03 2010

Non, ceci n’est pas un article sur les textiles réfléchissants comme ceux que portent les ouvriers sur la route pour être vus. C’est bien mieux: il s’agit en fait de textiles intelligents capables d’afficher des images à la demande ou d’émettre de la lumière à des fins médicales ou de design.

Tel est l’objet du projet de recherche européen PLACE-it, qui vient de recevoir l’appui de la Commission européenne avec un financement de 10, 9 millions d’euros dans le cadre du 7ème PCRD (Programme-cadre de recherche et de développement). Lancé en février 2010 pour une durée de 3 ans et demi, il associe 12 partenaires, dont Philips (coordinateur), le centre de recherche néerlandais TNO, le centre de recherche belge en microélectronique IMEC et l’Université de Heidelberg, en Allemagne.

L’un des objectifs de cette initiative est d’explorer les voies technologiques permettant d’incruster dans des fibres textiles des fonctions d’éclairage LED et OLED, des capteurs et des dispositifs de contrôle électronique pour créer des tissus intelligents utilisables sur des objets quotidiens allant de la couverture de bébé aux housses de meubles (canapé, chaise, couverture de lit…) en passant par les vêtements. Plus exactement, il s’agit de créer des tissus intégrant des dispositifs optoélectroniques souples.

Ce projet a pour but de permettre à la lumière d’utiliser des supports très flexibles, ce qui était jusque là impossible. Outre une grande évolution dans l’industrie de la mode, cette initiative permettrait de créer des opportunités uniques dans le domaine du bien-être et de la santé. Il serait en effet possible, par exemple, de traiter certaines maladies de peau grâce à des bandages lumineux.

Quelques exemples:

Couverture thérapeutique pour bébé

l

OLED flexibles sur substrat transparent

l

Costume utilisant la technologie Lumalive de Philips créé par Zaldy, le designer de Michael Jackson


Source: www.industrie.com, www.place-it-project.eu





Des écouteurs pour les paresseux

21 03 2010

Si vous vous êtes déjà senti fatigué au point que sortir votre lecteur mp3 de votre poche devienne un acte douloureux, alors ces écouteurs sont faits pour vous!

En octobre 2009 à Tokyo a eu lieu le très attendu salon de l’innovation technologique, le CEATEC. Et entre deux gadgets de dernière génération, on a pu trouver celui-ci: les écouteurs Eye-activated device control de NTT DoComo qui, comme leur nom l’indique, permettent de contrôler la musique avec les yeux! C’est assez simple d’utilisation, il suffit de bouger les yeux dans un sens préalablement défini, par exemple en haut puis à droite, pour pouvoir monter le son ou passer à la piste suivante. Magique? Pas tout à fait… Le dispositif fonctionne en fait grâce à de minuscules capteurs placés sur les écouteurs, qui vont repérer l’impulsion électrique liée au mouvement de l’œil.

Démonstration:

Amusant, n’est ce pas? Si vous vous imaginez déjà en train de rouler des yeux dans tous les sens, sachez cependant que la commercialisation du produit n’est pas pour bientôt, il n’en est qu’à la phase de l’expérimentation. Sachez également qu’il est prévu que cette technologie futuriste s’adapte aussi aux téléphones portables, permettant par exemple d’envoyer un e-mail par simple mouvement des yeux.

Ce dispositif est destiné en premier lieu au grand public, mais il pourrait aussi se révéler d’une grande utilité pour ceux qui ne peuvent pas manipuler leur lecteur de musique ou leur téléphone portable.

Alors, cette technologie, parfaite? J’aurais tout de même une petite mise en garde à faire: migraineux, s’abstenir!

Source: http://www.numerama.com





Dossier: Nanotechnologie, les incroyables applications

15 03 2010

l

==> Dossier Nanotechnologie : les incroyables applications <==


Les nanotechnologies et les nanosciences sont l’étude, la fabrication et la manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes matériels à l’échelle de moins d’une quarantaine de nanomètres. Elles sont la révolution technologique et scientifique d’aujourd’hui comme l’a été la microtechnologie avec les microprocesseurs et les micro-ordinateurs dans les années 1970-1980.

L’extraordinaire avancée des moyens actuels de communication  (téléphone portable, internet, ordinateur, écran plat, haut débit, haute résolution…) n’est qu’un premier pas et la partie visible d’un iceberg dont la partie immergée reste à étudier et à développer industriellement, notamment en nanomédecine avec les nano médicaments.

On ne sait cependant pas tout des nanotechnologies. Et si certains placent beaucoup d’espoir dans cette découverte, d’autres se méfient: de nombreux débats sur l’incidence des nanoparticules sur la santé et l’environnement créent la polémique autour du sujet, et des problèmes éthiques sont soulevés.

Pour en savoir plus: www.cnrs.fr





Cape d’invisibilité

14 03 2010

Avis aux fans d’Harry Potter!! La cape d’invisibilité existe!

De nombreux chercheurs du monde entier détiennent aujourd’hui le secret de l’invisibilité. Il suffirait de faire varier graduellement « l’indice de réfraction » dans la cape. De quoi s’agit-il ? Du paramètre qui conditionne la vitesse de la lumière dans un matériau : quand il change, par exemple quand de la lumière passe de l’air à l’eau, la direction de propagation est déviée. En jouant sur cet indice à l’intérieur du matériau, on peut donc espérer forcer la lumière à « tourner » par petites touches jusqu’à suivre la courbe voulue. Pour cela, les chercheurs ont pensé aux « métamatériaux », des matériaux artificiels qui ont la fabuleuse propriété, bien qu’ils ne soient pas magnétiques, d’avoir une réponse magnétique. Plus précisément, ils ont imaginé placer dans ces matériaux de minuscules bâtonnets de céramique. Ce sont eux qui disposent des propriétés magnétiques capables de dévier au fur et à mesure les rayons lumineux.

Voilà pour la théorie. Pour ce qui est de la pratique, il est évident que cette cape n’assurera pas une invisibilité parfaite quasi-magique, nous sommes dans la réalité et le fantastique ainsi que la science-fiction n’en font pas (encore) parti. D’autant plus que la complexité de fabrications des « métamatériaux » rend très difficile la conception des capes d’invisibilités pour de larges objets. C’est d’ailleurs pourquoi des chercheurs à l’université de Purdue (E.U) ont créé en 2009 un nouveau type de cape d’invisibilité, avec un nouveau concept, plus simple et mieux maitrisé, basé sur un « guide d’onde optique fuselé« .

Un projet fabuleux que cette quête de l’invisibilité, surtout s’il finit par aboutir! Mais n’ayez pas trop espoir, il est plus qu’improbable que vous en possédiez une un jour (snif!).  L’objectif n’est pas de permettre au citoyen de jouer à l’Homme Invisible, mais d’équiper les militaires. En effet, la Darpa (l’agence de recherche du Pentagone) a d’ores et déjà proposé son soutien à une équipe de chercheurs britanniques pour mettre au point une « cape d’invisibilité » qui équiperait les soldats.

Sources: www.bulletins-electroniques.com, www.journaldunet.com, www2.cnrs.fr/presse





Parler, mais sans voix

14 03 2010

L’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) en Allemagne a présenté une technologie de communication silencieuse au salon des technologies de l’information et de la communication (le CeBIT) à Hanovre du 02 au 06 mars 2010. Une méthode basée sur les ultrasons avait déjà été développée par Bell Labs, mais celle-ci innove avec originalité en se basant sur l’électromyographie. Explications…

Le fait de parler crée des contractions musculaires sur le visage caractéristiques de la parole exprimée. Le principe consiste à capter l’activité musculaire faciale sous forme de signaux électriques. Ensuite, un algorithme analyse les signaux recueillis et reconnaît ce qu’on a voulu dire, sans qu’on ait jamais eu à le prononcer. Les mots identifiés sont enfin transcrits en texte ou lus à haute voix par un système de synthèse vocale.

Actuellement, le système n’est même pas encore sous forme de prototype (attendu dans 3 à 5 ans) et se limite à des électrodes placées sur le visage. Il est prévu qu’il soit miniaturisé et devrait ressembler plus tard à un casque audio.

A quoi cela servira t’il? Mis à part le fait de s’amuser à se la jouer à la James Bond, il sera désormais possible de transmettre des informations confidentielles, de communiquer discrètement ou en milieu bruyant (salle de réunion, concert, cinéma…), d’aider les personnes handicapées etc.

La seule difficulté restante sera alors de ne pas exploser de rire en voyant l’autre articuler des phrases silencieuses comme un poisson hors de l’eau.

Source: www.industrie.com





La vision 3D…sans lunettes!

14 03 2010

Je suppose que vous avez déjà expérimenté la vision 3D, ou tout du moins en avez vous entendu parler, surtout avec son explosion actuelle dans la plupart des salles de cinéma. Vous avez donc peut-être remarqué que la vision 3D, c’est fabuleux, mais les – ô combien – encombrantes  (et pas toujours propres) lunettes qu’il faut porter pour cela sont le prix à payer (ne vous avisez pas d’avoir un petit nez ou vous seriez condamné à tenir vous lunettes tout le long du film).

Un grand merci  donc à la société allemande Visumotion qui a eu l’idée géniale d’inventer les écrans autostéréoscopiques grâce auxquels plus besoin de lunettes d’extra-terrestres. Cette technologie est celle du CLD (Chromatic Light Defector), issue des recherches de  l’Université d’Iena. Elle a été présentée au CeBIT, le salon des technologies de l’information et de la communication,  à Hanovre (Allemagne) du 02 au 06 mars 2010. Deux autres technologies de vision 3D sans lunettes existait déjà (les écrans à barrière de parallaxe et les écrans lenticulaires) mais celle-ci est la seule à combiner à la fois la robustesse, le faible coût, la qualité et la luminosité. Le but de la société est de mettre ces écrans à la portée du grand public, en particulier à travers les ordinateurs et téléphones portables. Des terminaux munis d’écrans tactiles 3D sont d’ailleurs attendus en 2011 sur le marché.

Source: www.industrie.com